Sécurisation de l'insertion 6 mois après la sortie du parcours

Bonjour,

Dans le cadre de l’AMI SPIE, l’État nous demande de réfléchir à la sécurisation de l’insertion des publics avec un suivi à 6 mois après la sortie du parcours d’insertion.

A ce jour, et sans création de postes supplémentaires, cela me parait assez peu réalisable en dehors des parcours encadrés par des dispositifs spécifiques comme l’IAE et les contrats aidés (qui bénéficient généralement de ce type de suivi, et dont la sécurisation par le partage des données, notamment via l’extranet ASP semble déjà être prévue).

J’ai vu dans un autre sujet qu’une liaison entre data.insertion et la CPAM pourrait être explorée, mais je ne suis pas convaincu que ces données soient pertinentes dans la sécurisation du parcours d’insertion (sinon effectivement de savoir si l’usager est en arrêt de travail ou non).

Est-il être envisagé, via data.insertion ou autre, qu’un questionnaire soit automatiquement envoyé à l’usager à sa sortie du SPIE et à 6 mois (définir les conditions d’envoie mail et/ou courrier en tenant compte du motif de sortie, etc.) ?
Les réponses (sous réserve de participation suffisante) pourraient alors créer des statistiques territoriales, mais permettre dans tous les cas de mettre en place des alertes pour que les acteurs du SPIE (notamment garant de parcours) puissent reprendre contact avec l’usager (à sa demande ou selon ses réponses).

Bonne journée,

2 J'aime

Bonjour,

L’expérimentation Seve 2 va dans le sens d’une sécurisation des parcours post IAE et pourrait inspirer votre réponse à l’AMI. L’expérimentation ne produit pas de données chiffrées mais elle devrait permettre d’accompagner dans l’emploi les publics.

J’ai vraiment du mal à croire qu’une enquête envoyée par email permette d’obtenir un taux de réponse satisfaisant. (sans compter que les personnes qui répondront ne seront pas représentative de l’ensemble)

Une autre solution serait de croiser la liste des sorties avec la liste des DE de Pole emploi.
Lorsqu’un salarié sortant IAE ne fait pas valoir ses droits à l’ARE on peut supposer qu’il est en emploi (ou en tout cas dans une situation autre ne nécessitant pas la recherche d’un travail : congé parental, retraite, formation…)

1 J'aime

Bonjour pour ce genre projet qui nécessite un suivi rigoureux et et une mobilisation conséquente des demandeurs, il est impératif d’impliquer fortement en amont avec un esprit collaboratif des chargés d’insertion, qui sont censés connaitre leur public et à même d’aider dans la compilation de données de suivi de sortie de parcours. Il faudra aussi songer associer les structures qui accueillent et embauchent les personnes. c’est un triptyque ou quadratique qu’il faut imaginé avec des échanges : SPIE/CHARGE D’INSERTION/PUBLIC/ENTREPRISE UTILISATRICE
cdt

Bonjour @doudou.sy ; pourriez vous me préciser, puisque nous avons tous des fonctionnements différents, ce qu’est un chargé d’insertion chez vous ?